Nous utilisons des cookies pour vous apporter la meilleure expérience en ligne. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir + sur notre politique Cookies.
 
 

Emballement thermique lors des opérations de stockage et de séchage des poudres

Déterminer les caractéristiques d’inflammabilité des nuages de poussières est une première étape dans la mise en œuvre des dispositifs de sécurité d’un process ou d’une installation.

Il est également important d’évaluer les risques d’emballement thermique pour veiller à la mise en sécurité des opérations de stockage ou de séchage des poudres combustibles.

Pour vous y aider, Intertek vous propose ses compétences et ses laboratoires d’essais, pour vous aider à déterminer les principales caractéristiques de stabilité thermique de ces poudres combustibles :

Screening de stabilité thermique :

Le screening de stabilité thermique a pour but d’estimer la capacité d’une poudre à se décomposer.
Les poudres à bas point de fusion (<200°C) ne présentent pas normalement de danger important d’auto-inflammation.

Par contre, pour un point de fusion > 200°C, en présence (même occasionnelle ou accidentelle) d’air, la capacité à s’auto-enflammer doit être évaluée.

Calorimètre réactionnel RC1 (Reaction Calorimeter RC1):

La mesure du flux de chaleur échangé au travers du réacteur permet de déterminer les paramètres thermiques (« thermodynamic reaction data ») et cinétiques (« kinetic reaction data ») de l’échantillon (en kg) dans des conditions proches des conditions industrielles.

Tests préliminaires : Calorimètre différentiel à balayage DSC (Differential Scanning Calorimetry, DSC) :

Cette analyse de décomposition thermique de l’échantillon fournit des informations sur la stabilité thermique (endothermiques et exothermiques, pour des réactions non prévues et dans les conditions les plus sévères du procédé) sur une gamme de température (de 0°C à 500°C) et sur la température de démarrage du phénomène thermique.
Pour rappel : les résultats ne sont pas directement extrapolables et requièrent une marge de sécurité, du fait notamment du manque de disponibilité de l’air pendant les essais (non détection du phénomène d’oxydation).
Les évènements de pression (génération de gaz) ne sont pas détectés par cette méthode.

Tests complémentaires : Calorimétrie adiabatique (Accelerating Rate Calorimeter, ARC) :

Cette analyse de décomposition thermique adiabatique de l’échantillon fournit des niveaux maximum de stabilité thermique. La marge de sécurité est moindre que le test précédent, du fait que les conditions de perte de chaleur des procédés sont simulées directement.

Tests d’auto-inflammation > 150°C:

Quand une matière est soumise à des températures élevées (150°C) en présence d’air, la détermination des Limites Inférieures et Supérieures d’Inflammabilité des gaz et vapeurs, issus de la décomposition thermique, est nécessaire.
Cette analyse est réalisée de par notre sphère de 5 litres (ASTM E681-94) pour des valeurs à partir de 150°C.

Analyse thermodynamique (Thermal Activity Monitor, TAM) :

L’analyse TAM permet de réaliser les mêmes essais sur ceux réalisés par le calorimètre différentiel à balayage (DSC), avec une sensibilité beaucoup plus fine.

Besoin d'aide ? Une question ? +33 1 46 74 15 10
 

Besoin d'aide ? Une question ?

+33 1 46 74 15 10
+33 1 46 74 15 10